Abonnement
Services
E-commerce : bon démarrage des soldes d’été 2013
En ce jour d’ouverture des soldes d’été, les consommateurs français sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le ecommerce. De 8h à 13h, FIA-NET a constaté une augmentation de 31 % du nombre de commandes (sur un panel de 900 sites ayant souscrit à la solution Certissim), soit une progression équivalente à celle de 2012. Toutefois, le panier moyen baisse de 3,5 % en un an pour s’établir à 141 euros. Les importantes réductions consenties par les e-commerçants et la baisse du budget des français dédié aux soldes expliqueraient ce recul. « Pour la seconde année consécutive, le premier jour des soldes d’été rivalise avec celui des soldes d’hiver, entérinant ainsi l’enthousiasme des consommateurs pour un canal offrant une large gamme de choix et de prix. Néanmoins, la crise économique semble une nouvelle fois peser sur le budget des ménages. » explique Christophe Nepveux, Directeur Général de FIA-NET, « Ces tendances pourront être confirmées à l’issue de ces soldes estivaux. »

Chez PriceMinister-Rakuten, les marchands du site ont enregistré + 60% de croissance par rapport au 1er jour des soldes d'été 2012. « Nos prévisions étaient justes, déclare Olivier Mathiot, Cofondateur et Directeur Marketing et Communication de PriceMinister Rakuten, les Français achètent surtout chez les marchands de notre site des produits « utiles au quotidien », que ce soit en mode ou en équipement de la maison, rien de superflu ». « S'ils ont attendu les soldes, la météo et la crise ne les ayant pas incités à acheter ces produits plus tôt, parce que l'été n'est pas encore arrivé ou parce qu'ils savaient qu'ils trouveraient de belles promotions sur notre site, ils restent raisonnables dans leurs choix et se concentrent sur l'essentiel ». PriceMinister qui été victime de son succès en ce premier jour des soldes (avec une surchage qui a ralenti le site) enregistre parallèlement des paniers moyens légèrement inférieurs à la moyenne habituelle.

De son côté, Brandalley a vu ses visites et ses commandes progresser de 10% par rapport à l'été dernier. Son CA a augmenté de 15%. Les internautes ont largement plébiscité les soldes sur Brandalley, allant jusqu'à y dépenser 5€ de plus que l'année dernière. Ce succès s'expliquerait par la croissance des ventes sur mobile grâce à la nouvelle application et au nouveau site mobile, par une offre de marques fortement enrichie cette saison et par l'assurance d'une livraison rapide. Selon Marc Heller, PDG de Brandalley, " Il semble que dans le physique, les soldes ont démarré mollement sans doute à cause des taux de réduction trop bas par rapport aux stocks importants des marques dus à la crise et à la météo catastrophique. Pas sur que la suppression des soldes flottants soit une bonne chose en temps de crise " *.

Suivant les secteurs, la situation est toutefois contrastée. Ainsi, dans le commerce de chaussures, Spartoo se déclarait satisfait à la mi-journée, avec un million de visiteurs à midi et 20 000 colis envoyés (et même un pic de 13 paires vendues à la seconde), mais Sarenza annonçait dans le même temps un recul de 4 % des commandes enregistrées, même si le panier moyen augmentait de 2 %. « Le climat de crise et la confusion créée par les soldes flottants nuisent à l’engouement des Français pour les soldes », notait le PDG du site, Stéphane Treppoz qui précise que 30 % de ses clients se sont connectés via leur mobile.

Enfrin, si Aude de Moussac, experte consommation chez Kurt Salmon, note que ce n'était pas la grande frénésie ce mercredi matin et que les soldes apparaissent être clairement moins un événement qu’avant, comme le rapporte l'AFP, la situation s'avère en fait meilleure qu'on ne le craignait en magasin. Ainsi, au Printemps, comme aux Galeries Lafayette, la fréquentation et le chiffre d'affaires progressent par rapport à 2012.

* Sur ce sujet, La Fédération des enseignes du Commerce Associé (FCA) se déclare favorable à la suppression des soldes flottants,  " un dispositif inefficace qui ne convient ni aux consommateurs ni aux commerçants ". La FCA salue l'initiative de la députée Annick Le Loch qui a présenté hier un amendement demandant le retour au régime antérieur, soit deux périodes fixes de six semaines. En introduisant les soldes flottants en juillet 2008, le législateur souhaitait offrir plus de souplesse dans la fixation des dates de soldes, afin de redonner du pouvoir d'achat et faire baisser les prix. Si les intentions étaient louables, le bilan de l'introduction des soldes flottants est nettement décevant. En termes de chiffre d'affaires les commerçants ont réalisé des ventes inférieures, pour la plupart, à celles normalement réalisées en période de promotion. Le terme « soldes » perd sa signification symbolique et sa force d'attractivité. Tout au long de l'année les opérations promotionnelles se multiplient, et les soldes saisonniers, soldes fixes par excellence qui devraient constituer des événements exceptionnels et festifs, perdent de leur impact.


Publié le 26 juin 2013