Abonnement
Hausse des prix, pouvoir d'achat en berne, quelle incidence sur les ventes de produits high tech ?
20080225_06Un vent glacial souffle sur la consommation. Le pouvoir d'achat des Français est depuis quelque temps un thème récurrent et devient leur souci majeur. Une étude de l'Institut National de la Consommation (INC) révèle que les prix des produits de première nécessité se sont envolés de 5% à 48% entre novembre et janvier. Pire, la tendance se poursuivrait sur les prochains mois. Quelles conséquences sur les ventes de produits IT ?, ces produits de loisirs... Olivier Medam, Directeur de la division grand public chez Fujitsu Siemens Computer, nous donne son avis.

 

 

C'est dans une étude à paraître ce mardi 26 février dans le magazine 60 millions de consommateurs que l'Institut national de la consommation (INC) révèle que les prix des produits alimentaires ont beaucoup augmenté de novembre à janvier 2007. Les hausses de prix se situent entre 5 et 48 % et concernent des produits de première nécessité : beurre, yaourts, pâtes, céréales, biscottes, pain de mie, riz et jambon... A titre d'exemple, on constate 31 à 45% d'augmentation pour les spaghettis, 17% à 40% pour les yaourts, 10% à 44% pour le jambon. D'autres études confirment cette tendance. Le cabinet Nielsen Panel montre une augmentation globale des prix en janvier, une augmentation qui d'ailleurs durerait encore quelques mois.

En parallèle, Michel-Edouard Leclerc à la tête du réseau de distribution Leclerc, prévoit une hausse de 4% par mois. « Je peux dire, puisqu'on arrive à la fin des négociations pour 2008 avec les industriels, que les prix vont continuer à augmenter au premier trimestre 2008 à un rythme d'à peu près 4% mensuel », a-t-il affirmé au micro de France Info avant de poursuivre « Les négociations sont tendues. Les hausses de tarifs sont en moyenne de 8 %, mais certaines atteignent 15 ou 20 % ».

Dans ces conditions, quelles conséquences sont à prévoir sur le marché du IT ? Pour Olivier Medam, Directeur de la division grand public chez Fujitsu Siemens Computer, les craintes sont réelles. « Il va sans dire que quand la consommation n'est pas bonne, cela entraîne des répercussions sur les produits de loisirs. Les produits informatiques ne sont pas des produits de première nécessité et passent après le reste. Or le pouvoir d'achat des Français n'est pas extensible et ils rogneront immanquablement sur ce qui n'est pas nécessaire ». Il explique par ailleurs que si les répercussions ne touchent pas aux volumes de vente, elles toucheront sûrement les ventes en termes de valeur. « On peut s'attendre à ce que les Français ne fassent plus d' « achat plaisir ». Ils auront tendance à ne pas monter en gamme et à prendre le strict minimum, moins cher. ». Enfin, il rappelle que la marge de manœuvre des constructeurs au niveau de la baisse des prix est assez réduite « les prix ont déjà tendance à baisser régulièrement et la marge des constructeurs est déjà faible ».

Publié le 25 février 2008
SQ 250-300